Albert Camus dans son essai philosophique « Le mythe de Sisyphe » écrit : « Je juge que le sens de la vie est la plus pressante des questions ». Il écrit aussi : « Il n’y a qu’un problème philosophique vraiment sérieux : c’est le suicide. Juger que la vie vaut ou ne vaut pas la peine d’être vécue, c’est répondre à la question fondamentale de la philosophie ».

Albert Camus compare l’homme à Sisyphe, ce personnage de la mythologie grec qui a été condamné à rouler une pierre en haut d’une montagne, sachant qu’elle allait débouler une fois arrivée au sommet. Et il dit que « l’homme est un aveugle qui désire voir et qui sait que la nuit n’a pas de fin. »

Sommes-nous condamnés à cela ? Sommes-nous condamnés à penser comme le chanteur français Damien Saez qui dit dans sa chanson « Jeune et con » : « Ici rien n’a de sens, alors, allons danser, faire semblant d’être heureux » ?

Si beaucoup de personnes ne trouvent pas le sens de la vie, c’est qu’elles ne cherchent pas au bon endroit, elles cherchent le sens de la vie dans l’Homme au lieu de regarder à Dieu, elles cherchent le sens de la vie dans les choses créés au lieu de regarder au Créateur. Mais si nous écoutons ce que Dieu nous dit, nous savons d’où nous venons, où nous allons et que faire entre les deux. Et cela donne un sens à la vie.

Dieu nous donne des galaxies à explorer, une nature à prendre soins, une humanité à servir et un monde à sauver et cela est enthousiasmant. Les croyants participent à un projet de vie qui est grandiose, qui les dépasse et il s’agit de vivre en l’honneur de la Personne la plus importante de l’univers.

Nous trouvons un sens à la vie du moment que nous inscrivons notre projet dans le projet de Dieu car c’est pour Lui que nous avons été créés. Alors, que nous soyons hommes ou femmes, grand, petit, malade, bien portant, ingénieur, balayeur, infirmier, boulanger, la vie de tous à un sens du moment qu’elle s’inscrit dans le plan que Dieu a pour nous.

Share →