Lorsque je discute avec des gens, et que je leur dis que j’étais prof de Math et que maintenant je suis pasteur, ils se demandent : « quel est le lien entre les deux ? ». Effectivement, le lien n’est pas très direct, mais est-ce pour autant que la Science et la Foi sont incompatibles.

L’autre jour, j’ai discuté avec quelqu’un, il me disait : « Moi, je crois à la Science ! ». Mais moi aussi, je crois à la Science. Et d’ailleurs, lorsque l’on regarde l’histoire de la Science, il y a eu de nombreux chrétiens : Galilée, Newton, Kepler … Et encore aujourd’hui, des millions de scientifiques confessent leur foi en Jésus-Christ.

D’où vient alors, cette idée que la Science et la Foi sont incompatibles ? En fait cela vient d’une erreur de raisonnement grossière mais tellement répandue qu’on ne la remarque même plus. En fait, les personnes qui opposent les deux pensent que : « Parce qu’on a l’explication scientifique de l’univers, alors, l’Auteur de l’univers n’existe pas ». Mais ce raisonnement est absurde. Ce n’est pas parce que je peux expliquer le fonctionnement d’une voiture, que monsieur Ford ou que monsieur Renault n’existent pas. Ce n’est pas parce que je peux expliquer le fonctionnement d’un système, que l’auteur de ce système n’existe pas.

En fait, il y a deux choses qui sont absurdes et qu’il faut rejeter :

– La première c’est de dire : « Puisqu’il n’y a pas d’explication scientifique, alors, forcément, c’est Dieu qui agit ».

– Mais l’autre proposition qu’il faut également rejeter c’est dire : « Puisqu’on a une explication scientifique, alors, Dieu n’existe pas ». Cela n’est pas non plus valable que la première proposition.

En fait, Lidia Jaeger, qui est scientifique mais également théologienne écrit ceci : « La nature ne chante pas seulement la Gloire de Dieu en ce qu’elle a d’inexplicable ; elle le fait aussi, et peut-être même surtout, en ce qui peut être expliqué. Car la possibilité même de la science rend témoignage au Créateur qui a instauré un ordre naturel compréhensible par l’homme ».

Science et Foi sont-elles incompatibles ?

En fait, la Science laisse toute la place à la Foi. Le philosophe des sciences Etienne Klein qui n’est pas croyant écrit ceci : « Je suis bien conscient que les sciences ne traitent vraiment bien que des questions … scientifiques ! Or celles-ci ne recouvrent pas l’ensemble des questions qui se posent à nous. Du coup, l’Universel que les sciences mettent au jour est, par essence, incomplet : il n’aide guère à trancher les questions qui restent en dehors de leur champ ».

Et en dehors de leur champ, il y a bien la place pour la spiritualité.

 

 

Dans la vidéo précédente, je montrais que la Science laisse toute la place pour la Foi. Mais ici je vais répondre à d’autres questions. Il y a des personnes qui pensent : « Ouais, la Science et la Foi sont incompatibles » parce que : elles s’opposent sur un certain nombre de points.

Par exemple : On ne peut pas croire aux miracles en tant que scientifique. Et bien là je dirais que c’est simplement une question de présupposés.

Si on pense qu’il n’y a rien comme cause au-delà du monde observable et du monde naturel, alors, forcément, il n’y aura pas de miracle. Mais penser qu’il n’y rien au-delà du monde naturel et strictement observable n’est pas une conclusion scientifique, c’est un présupposé. Le scientifique ne peut pas statuer s’il existe quelque chose en dehors de son champ d’expertise. Si, par l’inverse, on présuppose qu’il existe Dieu, alors, il n’est pas choquant du tout de penser qu’à un moment donné précis de l’histoire, dans des circonstances particulières, il intervient directement dans sa création pour venir en aide à son peuple.

D’autres vont dire : « Oui ! Mais bon, on ne peut pas quand même croire en tant que scientifique que la Terre a été créée en six jours ! ». Alors là, il y a plusieurs explications possibles pour interpréter le texte de la Genèse, mais je vais vous dire celle qui m’a particulièrement frappé et convaincu. En fait, lorsque l’on observe avec attention le texte hébreu de la Genèse, on se rend compte qu’il est construit de manière extrêmement esthétique, presque poétique. Dans un texte poétique ou dans un texte esthétique, il n’est pas choquant du tout de dire que : « la Terre a été créée en six jours ».

En plus du nombre de mots soigneusement calculés, nous pouvons voir qu’il y a des parallélismes, des refrains, des jeux de mots, des jeux de sonorités dans le texte hébreu du chapitre un de la Genèse.

Ce texte contient en plus une symétrie extrêmement travaillée. Observez ceci : pour moi, c’est comme dire : « le Soleil se lève à l’Est et se couche à l’Ouest ». Tout le monde va dire : « Ok ! On est d’accord ! ». Et pourtant, il y a rien de plus faux parce que ce n’est pas le Soleil qui fait le tour de la Terre, mais c’est la Terre qui tourne sur elle-même pour définir une journée.

Ainsi, dans un langage commun, dans un langage courant qui ne se veut pas strictement scientifique, il n’est pas choquant d’utiliser des images ou de faire des approximations et je pense qu’il en est ainsi pour le texte de la Genèse. Ce qui est important dans le texte de la Genèse : ce n’est pas de donner une explication du monde scientifique mais de dire : « Pourquoi le monde est là et quel est son sens et qu’il y a un Créateur et que l’Homme est créé pour profiter de ce monde en référence à ce Créateur ».

Dans la prochaine vidéo, nous verrons un certain nombre d’éléments qui montrent que la Foi et la Science s’affirment, se confirment.

 

 

Dans cette troisième vidéo sur la Science et la Foi, j’aimerais parler de là où la Science et la Foi semblent s’accorder, là où la Science va dans la direction de la Foi. Et pour cela j’aimerais souligner deux choses :

La première c’est l’origine de l’Univers :

En 1964, des chercheurs ont découvert ce que l’on appelle le « Rayonnement Faucille » qui n’est rien d’autre que l’onde de chaleur dégagée par l’explosion initiale appelée le « Big Bang ». Cela fait pencher la communauté scientifique très fortement en faveur de la théorie du « Big Bang » et donc du commencement de l’Univers. Mais il n’y a pas que ça.

En 1915, la relativité générale d’Albert Einstein permet de conclure que l’Univers est à la fois en expansion et en décélération. Ces deux phénomènes sont constitutifs des explosions. Alors si l’Univers est né d’une explosion, il faut qu’il y ait bien quelqu’un à l’origine qui ait déclenché cette explosion.

La deuxième c’est l’organisation de l’Univers :

Nous vivons dans un Univers extrêmement bien réglé pour permettre la vie. Il y a plus de 26 constantes physiques qui gouvernent l’Univers et elles ont une valeur extrêmement précise, nous ne savons pas pourquoi elles ont cette valeur plutôt qu’une autre mais si on changeait cette valeur ne serait-ce que d’un tout petit peu, et bien, la vie humaine ne pourrait pas exister.

Le rapport nombre de protons sur nombre de neutrons doit être régler avec une précision de 10 puissance -37. 10 puissance -37 : ce nombre est totalement inimaginable.

Prenons l’illustration suivante :

Couvrez le continent Américain de pièces de 10 Cents, couvrez le jusqu’à la hauteur de la Lune. En suite prenez 1 milliard d’autres continents grands comme l’Amérique du Nord et faites pareil, couvrez le de pièces de 10 Cents jusqu’à la hauteur de la Lune. Peignez une seule de ces pièces en rouge et demandez à quelqu’un par hasard avec un bandeau sous les yeux de piocher sur une pièce et la probabilité qu’il tombe sur la pièce rouge est de l’ordre de 10 puissance -37. Le rapport de la force électromagnétique sur la force gravitationnelle doit être réglée avec une précision de 10 puissance -40. La densité initiale de l’Univers doit être réglée avec une précision de 10 puissance -60.

Face à la l’agencement extrêmement précis de l’Univers nous pouvons toujours maintenir une position athée, mais cela se fait contre toutes probabilités.

Prenons un exemple pour illustrer cela :

Vous avez sans doute déjà observé des sculptures sur sable le long de la mer et il n’est venu à l’idée de personne de se dire : « Oh ! Tiens ! Quel hasard ! Le vent a soufflé les grains de sables pour en former une voiture, un Lion etc… ». Non, vous vous dites forcément : « Derrière cette sculpture sur sable : il y a une intention, il y a un Créateur, il y a quelqu’un qui l’a formé ». Eh bien, face à la beauté du corps humain, pourquoi ne pas réagir pareil ?

L’agencement extrêmement précis de l’Univers et son commencement pointent très fortement en faveur de l’existence de Dieu. Et comme disait un théologien du siècle dernier : « Il faut beaucoup de foi pour être athée. »

Share →